Nouveauté : Stanley William Hayter

Les éditions point de vues coéditent le catalogue Stanley William Hayter avec le Musée des Beaux-Arts de Bernay et la Communauté de communes du Pays de Conches.

Deux expositions consacrées à Stanley William Hayter sont présentées, du 17 juin au 17 septembre 2017, au musée de la ville de Bernay et à l’Espace culturel des Tanneries (La Ferrière-sur-Risle), Communauté de communes du Pays de Conches.

L’ouvrage a été réalisé sous la direction de Cédric Pannevel, directeur du musée des Beaux-Arts de Bernay, et les textes sont de Pierre-François Albert et Justine Canu.

 

Stanley William Hayter est un artiste atypique et bouillonnant à l’image du XXe siècle qui le voit naître.

Constamment à la recherche d’expériences nouvelles, il est amené tout au long de sa carrière à innover en tant que peintre et graveur. Scientifique de formation, il aborde l’art avec rigueur, instinct et méthode.

 

Nos dernières parutions

André Hambourg, Ombre & Lumière

Les éditions coéditent avec le Musée André Hambourg, les Franciscaines, de Deauville le catalogue de l’exposition André Hambourg, Ombre & Lumière présentée au Point de Vue du 20 mai au 17 septembre 2017.

André Hambourg (1909-1999) a traversé le XXe siècle en posant sur ses contemporains un regard plein de curiosité. De sa jeunesse parisienne aux rues obscures, à la découverte du Maghreb écrasé de soleil qu’il sillonne à partir de 1933, le peintre nous entraîne dans son univers. Si la période de la guerre lui fait retrouver les teintes sombres et denses de sa jeunesse, la rencontre en 1948 de celle qui deviendra sa femme inonde de nouveau ses œuvres de lumière.

Parmi toutes les destinations prisées par le peintre, quatre régions emblématiques de son travail et les personnes qu’il y a rencontrées jalonnent cet ouvrage : la région Parisienne, le Maghreb, la Provence et la Normandie.

 

 

Au fil de la Seine de Paris à Mantes

A l’occasion de l’exposition Au fil de la Seine : Ambroise Tézenas / Henri Cartier-Bresson, présentée au musée de l’Hotel-Dieu, Mantes-la-jolie, du 8 avril au 9 juillet 2017, les éditions Point de vues éditent le catalogue Au fil de la Seine de Paris à Mantes.

Cet ouvrage met en regard deux séquences photographiques qui se développent autour d’une même thématique, celle de la Seine, tout en incarnant deux visions et deux époques très différentes. D’une part, un projet spécialement mené pour l’occasion par Ambroise Tézenas qui, au gré de ses tours et détours auprès du fleuve, a façonné une image du paysage tel qu’il s’offre aujourd’hui à nous. Et d’autre part, un hommage rendu à Henri Cartier-Bresson, l’une des figures majeures de la photographie française qui, dans les années 1950, a arpenté les bords de Seine depuis sa source jusqu’au port du Havre.

 

 

Projets de fin d’études 2014-2015,
Les cahiers de l’ENSA de Normandie N°8

Point de vues publient depuis plusieurs années les publications de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie.

Vient de paraître le cahier N°8 de l’ENSA de Normandie, Projets de fin d’études 2014-2015.

Cet ouvrage a pour objectif prioritaire de montrer un désir réel d’architecture. Le projet de fin d’études est considéré comme la finalisation du parcours étudiant, processus long de 5 ans fait de doutes et également de grandes satisfactions, de cheminements parfois aléatoires en tout état de cause souvent divers et variés, d’allers et retours nécessaires à la construction de la pensée architecturale urbaine et paysagère. Il est également le premier jalon de sa vie professionnelle d’architecte…

 

 

Anthropocène Penguin

Les éditions Point de vues et Matmut pour les arts coéditent le catalogue de l’exposition
Anthropocène Penguin de Dominique Vervisch qui a été présentée du 14 janvier au 9 avril 2017 au Centre d’Art Contemporain de la Matmut à Saint-Pierre-de-Varengeville.

Les œuvres de Dominique Vervisch sont pleines de réalité transposée dans un futur multiple.

Son univers poétique et décalé vous transporte dans les rues, sur le fleuve, au milieu des bâtiments ou au cœur de grands évènements des villes qu’il aime. Rien n’échappe au regard et au pinceau du peintre, chacun va chercher et pouvoir reconnaître dans l’œuvre un paysage ou un lieu connu.

Les couleurs explosent, les montgolfières s’envolent, les pingouins se promènent au milieu des éoliennes dans des rues enneigées, ou bien submergées, ou dans lesquelles encore la forêt tropicale luxuriante a envahi nos quartiers. Vision utopique et résignée ou bien avenir radieux ? Chacun y trouvera sa vérité.

 

Le palais de l’archevêque Guillaume de Flavacourt – Rouen

Les éditions Point de vues et l’Historial Jeanne d’Arc de la Métropole Rouen Normandie publient Rouen – Le Palais de l’Archevêque Guillaume de Flavacourt (1278-1306).

Le palais de l'archevêque Guillaume de Flavacourt

Coécrit par Érik Follain, Docteur en Archéologie et Dominique Pitte, Archéologue médiéviste, le livre présente un élément majeur du patrimoine médiéval de Rouen redécouvert avec l’aménagement par la Métropole Rouen Normandie de l’Historial Jeanne d’Arc dans une partie de l’archevêché  : le palais archiépiscopal du XIIIe siècle.

Dans l’ombre de la cathédrale, les recherches entreprises, d’abord limitées aux locaux de l’Historial puis étendues à la maîtrise Saint-Evode, ont montré qu’il subsistait quelques vestiges du palais roman de Guillaume Bonne Ame et de spectaculaires témoins de la résidence gothique de Guillaume de Flavacourt.

L’analyse des constructions toujours visibles, à la lumière des archives et de l’iconographie ancienne, justifie l’identification et la restitution de tous les éléments du palais, au temps de Jeanne d’Arc : le logis, la grande salle, la tour, la chapelle et les communs.

La postérité du palais de Guillaume de Flavacourt est également évoquée dans ces pages, de la disparition prématurée de la grande salle à l’installation de la Maîtrise à la fin du XIXe siècle.

Parution de Portraits de lectrices, d’Emma Bovary à Marie Claire

Dans le cadre du festival Normandie Impressionniste, les éditions Point de vues publient  « Portraits de lectrices, d’Emma Bovary à Marie Claire » à l’occasion de l’exposition présentée du 18 juin au 18 septembre 2016 par le Musée des Beaux-Arts de Bernay.
Cet ouvrage collectif a été réalisé sous la direction de Cédric Pannevel, directeur du musée des Beaux-Arts de Bernay.

Portraits de Lectrices, d'Emma Bovary à Marie Claire

 

Il y a celle qui feuillette un roman, un journal, un magazine ou une lettre ; celle qui pose, apprend, partage, se détourne des tâches domestiques, abandonne ses petits travaux de couture, rêvasse, s’ennuie, se soigne, attend ou travaille ; celle qui bouquine dans le salon, dans la cuisine, dans le jardin, dans son lit, en public, à la campagne, au bord de la mer, chez le coiffeur ; celle qui lit assise, debout, allongée, buvant un thé, tournant le dos au spectateur ; celle qui est nue, en déshabillé vaporeux ou vêtue de ses plus beaux atours…

Le portrait de la lectrice devient à la charnière du XXe siècle un genre à part entière, symbole d’une société moderne en pleine mutation.

 

Nouveauté : La Mode au temps de l’impressionnisme

Les éditions point de vues coéditent le catalogue de l’exposition « La mode au temps de l’impressionnisme. Derrière la montre, le corset » présentée au musée de l’Horlogerie de Saint-Nicolas d’Aliermont du 3 juin au 31 décembre 2016, dans le cadre du festival Normandie Impressionniste.

Mode_blog

Alors que les impressions s’éternisent sur les toiles de quelques artistes, le XIXe siècle est en marche. Le temps, aussi discret qu’un battement de cil, se pavane dans les vestons et se balance à la ceinture des corsages, mais il court inlassablement Dans le cliquetis des rouages, les machines séquencent la vie, la mode. La révolution industrielle a sacré une nouvelle ère, celle de la machine et de ses propriétaires, celle de l’avènement d’une bourgeoisie narcissique. Le portrait est le caprice ultime, il arrête le temps.

Aborder la mode sous l’angle de l’histoire de l’art et montrer les liens subtils du féminin et du masculin, dont les rôles et les vêtements sont redéfinis, telle est l’ambition de cet ouvrage. Les échos avec le monde contemporain ne se font pas prier, à l’instar des corsets de Jean-Paul Gaultier, inspirés de ceux de sa grand-mère, née à la période de l’impressionnisme.

 

Parution de Portraits de femmes

Le musée de Vernon et les éditions Point de vues poursuivent leur collaboration et publient le catalogue de l’exposition Portraits de femmes présentée, dans le cadre du festival Normandie Impressionniste, au musée de Vernon du 02 avril au 26 septembre 2016.

Portraits de femmes

Coécrit par Judith Cernogora, directrice du musée, et Marie-Jo Bonnet, historienne de l’art, cet ouvrage préfacé par Guy Cogeval, président du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie, propose une immersion inédite et passionnante à travers les représentations de ces femmes artistes, modèles de leurs contemporaines ou d’elles-mêmes.

À la fin du XIXe siècle, l’École des beaux-arts est encore interdite d’accès aux femmes qui doivent donc se former au sein d’académies parisiennes ou de cours privés, ou encore auprès d’un peintre renommé. La nouvelle façon d’envisager la peinture prônée par les impressionnistes inspire un grand nombre de femmes artistes, parmi lesquelles Mary Cassatt, Berthe Morisot, Éva Gonzalès, Marie Bracquemond ou Louise Breslau.

Leur œuvre, restée plus confidentielle que celle de leurs homologues masculins, n’en est pas moins imprégnée de recherches riches et audacieuses sur la lumière, les couleurs et démontre une grande liberté au niveau de la touche et des choix de composition. L’art du portrait auquel ces artistes s’adonnent marque le resserrement autour de l’intimité de la cellule familiale ou amicale et leur capacité à saisir des instants de vie privée et le parfum d’une époque.

Les éditions Point de vues ont aussi réalisé la scénographie de l’exposition.

En Savoir Plus

Parution de Crimes et Châtiments

Les éditions Point de vues et les Archives départementales de la Seine-Maritime coéditent le catalogue de l’exposition « Crimes et Châtiments en Normandie, 1498-1939 » présentée au Pôle culturel Grammont à Rouen du 29 mars au 1er juillet 2016.

Crimes et Châtiments en Normandie

Sous la direction de Vincent Maroteaux, conservateur général du patrimoine et directeur des Archives de Seine-Maritime l’ouvrage explore la criminalité en Normandie de 1498, date de l’ordonnance de Blois qui organise la procédure pénale, à 1939, qui voit à Rouen la dernière exécution publique en France d’un mineur.

Elle traite à la fois de l’histoire de la police, de la justice ou de l’administration pénitentiaire. En présentant de grandes affaires criminelles, l’exposition fait émerger des questions fortes et particulièrement sensibles, susceptibles d’intéresser tout citoyen : quel est le sens de la peine ? Comment le recours à la torture a-t-il été justifié ? Comment équilibrer la maîtrise de l’ordre public et les libertés individuelles ? Pourquoi la peine de mort a-t-elle été maintenue si longtemps ?

Les archives présentées ne laisseront pas indifférents : d’un procès-verbal de torture du XVIe siècle à un relevé d’empreintes des années 1920, de pièces à conviction aux photographies de scènes de crime… l’exposition montre la recherche progressive d’une procédure juste et équitable dans le traitement des suspects ou des condamnés tout comme l’évolution des méthodes d’investigation de la police, qui s’appuient sur la science.

Nouveauté : Make up time

A l’occasion de l’exposition « Make up time » présentée à la Maison des Arts de Grand Quevilly, en collaboration avec le Musée de l’Horlogerie de Saint-Nicolas d’Aliermont (MHSNA), du 12 janvier au 13 février 2016, les éditions Point de vues coéditent le catalogue éponyme.

Make up time

Textes de Hélène du Mazaubrun, Adélaïde Lemaître et Raphaëlle Stopin

Dans la seconde moitié du XXe siècle, d’un revers de main, le plumeau estompa l’âge sur les visages. Les biseaux des crayons s’affutèrent autour des yeux pour voir autrement le monde et regagner en jeunesse. Le maquillage millénaire fut détourné de son usage traditionnel : protecteur contre les agressions de la nature, marqueur social ou artifice de séduction. Il sert désormais à faire reculer les années. Et tandis que l’espérance de vie s’allonge, le jeunisme fait son apparition. Les artistes se sont saisis de ce sujet dans leurs portraits et ont tissé des liens intimes entre la mode, l’art et le théâtre.

 

 

 

Parution de Deux rives pour un théâtre

Disponible depuis le 20 novembre dans toutes les bonnes librairies et sur notre boutique, Deux rives pour un théâtre, le t2r • 1972 – 2007 est la dernière publication des éditions Point de vues,

bezu

Préfacé par Robert Abirached, écrivain, ancien critique dramatique et aussi Directeur du théâtre et des spectacles sous le ministère Lang (1981-1988), ce livre a été co-écrit par le dramaturge Joseph Danan et l’historien Marco Consolini.

Cette ouvrage raconte la genèse et l’histoire de la troupe fondée par Alain Bézu, puis du Théâtre des 2 Rives, célèbre salle de spectacle rouennaise :

Lorsque, en 1971, Alain Bézu fonde une troupe composée pour l’essentiel d’amateurs, issus presque tous du Conservatoire de Rouen, d’un club de théâtre lycéen ou d’un cercle de camarades engagés, il jette les bases d’un projet plus ambitieux, qui prendra corps l’année suivante sous l’enseigne de « Théâtre des 2 Rives », ainsi nommé pour marquer son enracinement géographique et culturel, mais sans rejoindre d’office le réseau de la décentralisation.

A l’inverse des tendances du temps, le TDR revendique son appartenance à un territoire déterminé, comme naguère Sarrazin à Toulouse et Planchon à Lyon et Villeurbanne : il inscrit son action en Haute-Normandie, entre Rouen, Quevilly et Elbeuf.

Ainsi a procédé, de saison en saison, le Théâtre des 2 Rives, en acquérant au passage, sans rodomontade ni grabuge, une vraie et modeste notoriété, en alliance avec quelques maisons qui lui étaient proches, comme le TEP (Théâtre de l’Est parisien), un style, une pensée, une morale. C’est ce qu’illustre amplement le présent ouvrage, où l’amitié fait un beau ménage avec une admiration discrète pour écrire une des belles histoires du théâtre français, à cheval entre deux siècles.