Exposition à la Fabrique des savoirs à Elbeuf

En ce moment, et ce jusqu‘au 21 septembre, une exposition est proposée à la Fabrique des savoirs « Trésors de l’Abbaye de Saint-Wandrille ». Découvrez aussi le catalogue de l’exposition Les trésors de l’Abbaye Saint-Wandrille (coédition Point de vues et La Crea – Fabrique des savoirs et Abbaye Saint-Wandrille).

IMG_20140625_181845 IMG_20140625_181916 IMG_20140625_182354

La Fabrique des savoirs met en valeur vêtements et ornements liturgiques, crées sous l’influence de l’Art Déco jusqu’aux années 50. On peut donc y trouver chasubles, étoles, calices, ostensoirs conservés à l’Abbaye de Saint-Wandrille qui sont le véritables reflet d’une ouverture vers la création artistique du moment.

Nouveauté : Trésors de l’abbaye Saint-Wandrille

A l’occasion de l’exposition Trésors de l’abbaye Saint-Wandrille – De l’Art déco aux années 1950, présentée par le musée d’Elbeuf à la Fabrique des savoirs du 14 juin au 21 septembre 2014, les éditions Point de vues co-éditent avec La CREA • Fabrique des Savoirs et l’Abbaye Saint-Wandrille le catalogue de la manifestation.

Trésors de l’abbaye Saint-Wandrille

 

Héritière de treize siècles d’histoire, l’abbaye Saint-Wandrille conserve une importante collection d’ornements liturgiques créés par son atelier d’art sacré entre 1931 et les années 1950, réunissant de spectaculaires œuvres textiles et d’orfèvrerie. Faisant écho aux grandes réalisations de l’Art Déco ainsi qu’aux œuvres d’artistes comme Robert Delaunay ou Edouard Bénédictus, les pièces alors créées par les moines puisent aussi dans la mode profane, notamment dans les créations de grands couturiers comme Madeleine Vionnet ou Jeanne Lanvin.

Les œuvres d’orfèvrerie religieuses témoignent également de l’ouverture de l’atelier liturgique sur la création artistique du moment, les frères collaborant alors avec de grands orfèvres parisiens.

Ce moment unique de création est présenté pour la première fois dans cet ouvrage, qui dévoile des pièces demeurées longtemps inédites tout en les resituant dans leur contexte intellectuel et artistique.

Parution de Travailler sur la Seine

A l’occasion du festival Normandie Impressionniste, consacré au thème de l’eau, Point de vues vous présente Travailler sur la Seine. Cet ouvrage collectif sous la direction de Nicolas Coutant et Elise Lauranceau s’intéresse à la Seine comme « espace de travail ».

 

La seconde moitié du XIXe siècle, qui voit s’épanouir l’Impressionnisme, est aussi une période de grands bouleversements pour la Seine. Tandis que le trafic fluvial s’intensifie, les ingénieurs font entrer le fleuve dans la modernité et le canalisent. Marins, bateliers, dockers, passeurs, pêcheurs, terrassiers, ouvriers des chantiers navals, se croisent dans un espace de vie intense. Les artistes témoignent des modifications qui s’opèrent : peintures, dessins, mais aussi plans, photographies, maquettes ou documents d’archives illustrent cette pleine mutation et cette effervescence.

Cet ouvrage est coédité avec La CREA • Fabrique des Savoirs dans le cadre de l’exposition Travailler sur la Seine (1850-1914) présentée du 1er juin au 22 septembre 2013  à Elbeuf.