Parution de Portraits de lectrices, d’Emma Bovary à Marie Claire

Dans le cadre du festival Normandie Impressionniste, les éditions Point de vues publient  « Portraits de lectrices, d’Emma Bovary à Marie Claire » à l’occasion de l’exposition présentée du 18 juin au 18 septembre 2016 par le Musée des Beaux-Arts de Bernay.
Cet ouvrage collectif a été réalisé sous la direction de Cédric Pannevel, directeur du musée des Beaux-Arts de Bernay.

Portraits de Lectrices, d'Emma Bovary à Marie Claire

 

Il y a celle qui feuillette un roman, un journal, un magazine ou une lettre ; celle qui pose, apprend, partage, se détourne des tâches domestiques, abandonne ses petits travaux de couture, rêvasse, s’ennuie, se soigne, attend ou travaille ; celle qui bouquine dans le salon, dans la cuisine, dans le jardin, dans son lit, en public, à la campagne, au bord de la mer, chez le coiffeur ; celle qui lit assise, debout, allongée, buvant un thé, tournant le dos au spectateur ; celle qui est nue, en déshabillé vaporeux ou vêtue de ses plus beaux atours…

Le portrait de la lectrice devient à la charnière du XXe siècle un genre à part entière, symbole d’une société moderne en pleine mutation.

 

Nouveauté : La Mode au temps de l’impressionnisme

Les éditions point de vues coéditent le catalogue de l’exposition « La mode au temps de l’impressionnisme. Derrière la montre, le corset » présentée au musée de l’Horlogerie de Saint-Nicolas d’Aliermont du 3 juin au 31 décembre 2016, dans le cadre du festival Normandie Impressionniste.

Mode_blog

Alors que les impressions s’éternisent sur les toiles de quelques artistes, le XIXe siècle est en marche. Le temps, aussi discret qu’un battement de cil, se pavane dans les vestons et se balance à la ceinture des corsages, mais il court inlassablement Dans le cliquetis des rouages, les machines séquencent la vie, la mode. La révolution industrielle a sacré une nouvelle ère, celle de la machine et de ses propriétaires, celle de l’avènement d’une bourgeoisie narcissique. Le portrait est le caprice ultime, il arrête le temps.

Aborder la mode sous l’angle de l’histoire de l’art et montrer les liens subtils du féminin et du masculin, dont les rôles et les vêtements sont redéfinis, telle est l’ambition de cet ouvrage. Les échos avec le monde contemporain ne se font pas prier, à l’instar des corsets de Jean-Paul Gaultier, inspirés de ceux de sa grand-mère, née à la période de l’impressionnisme.

 

Parution de Portraits de femmes

Le musée de Vernon et les éditions Point de vues poursuivent leur collaboration et publient le catalogue de l’exposition Portraits de femmes présentée, dans le cadre du festival Normandie Impressionniste, au musée de Vernon du 02 avril au 26 septembre 2016.

Portraits de femmes

Coécrit par Judith Cernogora, directrice du musée, et Marie-Jo Bonnet, historienne de l’art, cet ouvrage préfacé par Guy Cogeval, président du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie, propose une immersion inédite et passionnante à travers les représentations de ces femmes artistes, modèles de leurs contemporaines ou d’elles-mêmes.

À la fin du XIXe siècle, l’École des beaux-arts est encore interdite d’accès aux femmes qui doivent donc se former au sein d’académies parisiennes ou de cours privés, ou encore auprès d’un peintre renommé. La nouvelle façon d’envisager la peinture prônée par les impressionnistes inspire un grand nombre de femmes artistes, parmi lesquelles Mary Cassatt, Berthe Morisot, Éva Gonzalès, Marie Bracquemond ou Louise Breslau.

Leur œuvre, restée plus confidentielle que celle de leurs homologues masculins, n’en est pas moins imprégnée de recherches riches et audacieuses sur la lumière, les couleurs et démontre une grande liberté au niveau de la touche et des choix de composition. L’art du portrait auquel ces artistes s’adonnent marque le resserrement autour de l’intimité de la cellule familiale ou amicale et leur capacité à saisir des instants de vie privée et le parfum d’une époque.

Les éditions Point de vues ont aussi réalisé la scénographie de l’exposition.

En Savoir Plus

Parution de Vassili Polenov, chevalier de la beauté

Nous sommes ravis de vous présenter la dernière parution des éditions Point de vues, le livre Vassili Polenov, chevalier de la beauté, écrit par Tatiana Mojenok-Ninin et co-édité avec l’association Vassili Polenov. L’ouvrage présente la vie et l’œuvre de ce grand peintre du XIXe siècle très célèbre en Russie, mais encore trop méconnu en France.

Couverture

Couverture

Les jeunes Russes apprennent à aimer leur pays, leur histoire, leur nature non seulement avec les poésies de Pouchkine et les romans de Dostoïevski ou Tolstoï, mais aussi avec les toiles de Repine et de Polenov.

Polenov pour les Russes, c’est comme Delacroix ou Millet pour les Français.

Peintre du XIXe siècle célèbre en Russie, Vassili Polenov puise en France une source d’inspiration considérable. Imprégné de culture occidentale, il parcourt l’Europe avec Ilia Repine, et il est particulièrement enchanté par Paris et la Normandie, en pleine période impressionniste. Son œuvre se diversifie : peinture historique, de genre, de paysage, marine, portrait… Ses amis le surnomment « le Français », un véritable compliment.

Méconnu en France, cet « Européen russe » nous est aujourd’hui présenté grâce à l’association Vassili Polenov dont l’aspiration est de le faire connaître hors des frontières.

Avec Tatiana Mojenok-Ninin,  nous découvrons en profondeur la vie et l’œuvre de ce grand peintre, pour qui l’art devait être à la fois exigeant et accessible au plus grand nombre, et célébrer la beauté du monde.

 

Invitation le 25 septembre 2013

etagere_PDV

À l’occasion de la sortie des ouvrages
liés au festival Normandie Impressionniste

les éditions point de vues vous invitent

le 25 septembre 2013
à 18h30

Dans le jardin des sculptures
du Musée des Beaux-arts de Rouen

en présence,

d’Alain Le Vern,
Président de la Région Haute-Normandie

d’Yvon Robert,
Maire de Rouen

de Sylvain Amic,
directeur des Musées de Rouen

et de tous les auteurs,

à une rencontre entre musique et peinture impressionniste
avec la participation exceptionnelle d’Oswald Sallaberger,
chef fondateur de l’Orchestre de l’Opéra de Rouen et ses musiciens

Merci de confirmer votre présence avant le jeudi 19 septembre 2013.
par téléphone au 02 35 89 46 54 ou par mail

Cette rencontre est parrainée par la Ville de Rouen et le Musée des Beaux-arts de Rouen,
la Matmut, et la Région Haute-Normandie

Région Haute-NormandieVille de RouenMatMutMatMut

Rencontre à la librairie La Galerne

Le jeudi 19 septembre 2013 à 18h00, la librairie La Galerne du Havre organise une rencontre avec Jacques-Sylvain Klein et Claire Durand-Ruel Snollaerts, auteurs des livres « Lumières normandes – les hauts-lieux de l’Impressionnisme » et « Camille Pissarro – Rouen, peindre la ville »

Lumiere NormandeJacques-Sylvain Klein a été le commissaire du premier festival Normandie Impressionniste, auteur du livre « La Normandie, berceau de l’impressionnisme ». Dans son nouvel ouvrage, « Lumières normandes – Les hauts-lieux de l’Impressionnisme« , il raconte la vie des peintres, leurs liens d’amitié, les influences qu’ils ont reçues ou exercées, tout en les restituant dans chacun des dix grands territoires que forme la Normandie impressionniste.

 

 

Camille Pissarro • Peindre la ville, RouenClaire Durand-Ruel Snollaerts, historienne d’art, spécialiste de Pissarro, parlera de son livre « Camille Pissarro – Rouen, peindre la ville« . Après une dizaine d’années passées à Pontoise, Pissarro ressent soudainement le besoin de renouveler son répertoire pictural. Il vient à Rouen en 1883, sous les conseils de son ami Claude Monet. C’est un choc pictural. Pissarro découvre une grande ville aux multiples facettes qui lui offrent un très large choix de motifs qu’il va peindre au cours de quatre longs séjours.

 

Nouveauté : Bouchor, le peintre de Freneuse

A l’occasion du festival Normandie Impressionniste, nous continuons nos publications sur les peintres et la Normandie.

Cette fois-ci nous publions Bouchor, Le Peintre de Freneuse écrit par Lionel Dumarche et Killian Penven, qui œuvre respectivement à la Conservation régionale des Monuments Historiques et à l’Office de tourisme de Rouen.

Bouchor, le peintre de Freneuse

Au hasard d’une invitation en Normandie, Joseph-Félix Bouchor découvre en 1880 la région de Rouen et ses paysages verdoyants ; il n’est encore à cette époque qu’un jeune peintre peu connu et en quête de réussite. Né en 1853, ce fils de médecin a jusque là mené une vie à la fois artistique et aventureuse : il s’engage en 1870 à bord d’un voilier en partance pour l’Amérique du Sud, puis partage à son retour la vie de la bohème montmartroise aux côtés de son frère le poète Maurice Bouchor, et décide vers 1875 de devenir peintre.

En 1886, Joseph-Félix Bouchor s’installe en bord de Seine à Freneuse. Ce grand voyageur se déplace peu, peignant ce qui s’offre à son regard : les meules de paille dans les champs, les boucles de la Seine, ses voisins, la Famille Fréret, dans leurs activités agricoles… en fait une Normandie traditionnelle où le grand-père presse le cidre, les jeunes filles cueillent les fruits et les vaches paissent sous les pommiers en fleur.

De son village de Freneuse, il garde un œil sur Paris : réussite oblige, il n’est pas question de s’éloigner trop longtemps de la capitale, avec ses cercles mondains, ses expositions universelles et surtout le Salon des Artistes Français où il expose de 1879 à 1936.

Dédicace de Jacques-Sylvain Klein

Jacques-Sylvain-KleinDans le cadre des Journées du patrimoine et de l’exposition « Eblouissants reflets, 100 chefs-d’œuvre impressionnistes » au musée des Beaux-Arts de Rouen, Jacques-Sylvain Klein viendra présenter et signer son dernier ouvrage, Lumières Normandes, les hauts-lieux de l’impressionnisme.

Le samedi 14 septembre 2013 à 11h à l’auditorium du musée des Beaux-Arts.

Parution de Lumières Normandes, les hauts-lieux de l’Impressionnisme

Les éditions Point de vues viennent d’éditer le nouvel ouvrage de Jacques-Sylvain Klein, Lumières normandes • Les hauts-lieux de l’Impressionnisme

C’est bien en Normandie, et nulle part ailleurs, que l’Impressionnisme a pris naissance.

Avec ce livre, Jacques-Sylvain Klein poursuit les recherches qu’il avait exposées en 1996 dans La Normandie, berceau de l’impressionnisme. Il montre à quel point la Normandie a été l’atelier en plein air préféré de tous les maîtres de l’Impressionnisme (Monet, Degas, Renoir, Pissarro, Caillebotte …), mais aussi de tous ceux qui voulaient dépasser ou contester cette esthétique (Gauguin, Seurat, Signac, Dufy, Bonnard…). Grâce à ses découvertes, des peintres oubliés ou méconnus sortent de l’ombre (Angrand, Anquetin, Friesz, Valtat…), des «écoles» de peinture (à Rouen, au Havre, à Honfleur) sont réévaluées, l’existence dansla région de colonies d’artistes étrangers nous est révélée.

Dans un style très vivant, truffé d’anecdotes, Jacques-Sylvain Klein nous raconte la vie de tous ces peintres, leurs liens d’amitié, les auberges qu’ils fréquentaient, les influences qu’ils ont reçues ou exercées, tout en les restituant dans chacun des dix grands territoires que forme la Normandie impressionniste. Pour illustrer leurs pérégrinations à travers la région, il a sélectionné plus de 400 tableaux, souvent inconnus, qu’il a trouvés dans les grands musées français et étrangers, mais aussi dans de nombreuses collections privées.