Parution de L’âge d’or des Abbayes Normandes

Les éditions Point de vues et l’association Abbayes Normandes – route historique coéditent L’âge d’or des Abbayes Normandes, 1066-1204.

L’ouvrage a été rédigé à plusieurs mains par d’éminents spécialistes, Pierre BOUET, Henry DECANS, Véronique GAZEAU, Vincent JUHEL, Jacques LE MAHO, François NEVEUX, Jean-Baptiste VINCENT et permet de découvrir les merveilles des abbayes normandes.

De nombreuses abbayes ont été fondées en Normandie au cours du XIe siècle, par le duc ou par ses grands vassaux. Elles sont confiées le plus souvent à des moines bénédictins. La conquête de l’Angleterre, en 1066, va changer la donne. Les établissements vont bénéficier d’une véritable manne financière, car leurs bienfaiteurs sont devenus les grands du royaume d’Angleterre. De nombreux moines normands vont aller s’établir en Angleterre. Ils entreprennent de reconstruire leurs abbatiales, dans le style roman normand. Au même moment, des moines normands vont partir en Italie du Sud et en Sicile, où ils fondent eux aussi des établissements et construisent des églises sur le modèle normand. Au tournant des XIe et XIIe siècles, le monachisme se renouvelle avec l’apparition de nouveaux ordres, qui s’établissent de part et d’autre de la Manche.

 

Toutes ces abbayes ont été décorées par des sculptures, des peintures ou des vitraux, dont nous avons conservé quelques témoignages. Toutes ont possédé un scriptorium, où ont été écrits et enluminés de très nombreux manuscrits. Ces chefs-d’œuvre artistiques témoignent de la richesse matérielle et culturelle, mais aussi du rayonnement des abbayes normandes, qui connaissent alors leur véritable âge d’or.

Point de vue a aussi assuré la conception graphique de l’exposition itinérante qui accompagne l’ouvrage. Celle-ci a été produite par Abbayes Normandes – route historique, pour évoquer l’étonnante floraison d’un mouvement spirituel, architectural et créatif qui a tant marqué l’histoire de la Normandie médiévale et bien au-delà.

Parution de Crimes et Châtiments

Les éditions Point de vues et les Archives départementales de la Seine-Maritime coéditent le catalogue de l’exposition « Crimes et Châtiments en Normandie, 1498-1939 » présentée au Pôle culturel Grammont à Rouen du 29 mars au 1er juillet 2016.

Crimes et Châtiments en Normandie

Sous la direction de Vincent Maroteaux, conservateur général du patrimoine et directeur des Archives de Seine-Maritime l’ouvrage explore la criminalité en Normandie de 1498, date de l’ordonnance de Blois qui organise la procédure pénale, à 1939, qui voit à Rouen la dernière exécution publique en France d’un mineur.

Elle traite à la fois de l’histoire de la police, de la justice ou de l’administration pénitentiaire. En présentant de grandes affaires criminelles, l’exposition fait émerger des questions fortes et particulièrement sensibles, susceptibles d’intéresser tout citoyen : quel est le sens de la peine ? Comment le recours à la torture a-t-il été justifié ? Comment équilibrer la maîtrise de l’ordre public et les libertés individuelles ? Pourquoi la peine de mort a-t-elle été maintenue si longtemps ?

Les archives présentées ne laisseront pas indifférents : d’un procès-verbal de torture du XVIe siècle à un relevé d’empreintes des années 1920, de pièces à conviction aux photographies de scènes de crime… l’exposition montre la recherche progressive d’une procédure juste et équitable dans le traitement des suspects ou des condamnés tout comme l’évolution des méthodes d’investigation de la police, qui s’appuient sur la science.

Parution d’Empreintes du passé, 6000 ans de sceaux

Les éditions Point de vues coéditent avec les Archives départementales de la Seine-Maritime et le Musée départemental des Antiquités de Rouen l’ouvrage Empreintes du passé – 6000 ans de sceaux.

Empreintes du Passé, 6000 ans de sceaux

Publié à l’occasion de la triple exposition « Empreintes du passé, 6 000 ans de sceaux », présentée du 11 septembre au 5 décembre 2015 au Musée départemental des Antiquités de Rouen, aux Archives départementales et à l’Abbaye de Jumièges, cet ouvrage traite des sceaux et de leurs multiples usages, qu’ils soient de clôture ou de validation, de l’Antiquité à nos jours, et particulièrement en Normandie, dans le diocèse de Rouen, à partir de la période gallo-romaine.

Cette publication, qui bénéficie du concours de spécialistes de renom, propose une approche originale des sceaux proche-orientaux, égyptiens et gallo-romains, avant de s’intéresser aux sceaux médiévaux et à leurs évolutions ultérieures.

Un focus particulier est porté sur les sceaux du chartrier de Jumièges, un des plus riches de Normandie avec près de 2 000 empreintes originales conservées, et notamment sur les sceaux de villageois, attestant de l’exceptionnelle diffusion du sceau en Normandie.

Ecrit par de grands noms de la sigillographie, cet ouvrage inédit en Europe, est une synthèse exceptionnelle sur l’histoire des sceaux, de l’Antiquité à nos jours et un véritable ouvrage de référence comprenant plus de 500 illustrations.

 

Lancement du Cahier n°7 de l’ENSA Normandie

Réception, lundi 13 avril 2015 à 18h00,
à l’Hôtel de Région de Haute-Normandie,
5 rue Robert Schuman, Rouen.

Lancement de la publication du Cahier de l’Ensa Normandie n°7
consacré aux projets de fin d’études 2012-2013
et présentation de l’exposition Emergence 3

Cahier N°7 de l'ENSA de Normandie

en présence de
Nicolas Mayer-Rossignol, Président de la Région Haute-Normandie

et de
Fabienne Fendrich, Directrice de l’ENSA Normandie

Parution de l’ouvrage Maisons de Normandie

Maisons de normandie

Mieux connaître l’histoire de notre architecture normande traditionnelle, les raisons de sa remarquable solidité, de son adaptation au paysage et à ses conditions climatiques. Afin de permettre sa bonne restauration, même par des amateurs.

Mais aussi surtout de susciter la créativité raisonnée, chez tous les acteurs de la construction : institutionnels, industriels, architectes, ingénieurs, designers, artisans, étudiants. Cela par une recherche de l’abaissement des coûts de l’utilisation des matériaux locaux, qui ont démontré leurs qualités écologiques, grâce à leur industrialisation : matériels et mises en œuvre.

Car leur utilisation, encore très artisanale, rend leur emploi réservée à une clientèle aisée. Or, il faut que notre construction la plus simple s’adapte, au XXIe siècle, comme elle l’a toujours fait dans le passé, à nos nouvelles conditions de vie, qu’elle garde ses qualités, sa beauté et demeure résolument normande.

Ce travail résulte d’une méthode d’étude transversale peu usitée. Il permet de comprendre rapidement et faire évoluer notre habitat local. Il met en lumière l’intelligence des anciens et invite à une utilisation prospective de cet héritage. Il peut s’appliquer facilement à toutes les régions

En savoir plus

Lancement du livre Maisons de Normandie

Maison de normandie

Vous avez soutenu le livre de Valentine Goetz,
nous vous en remercions.

… Il est (enfin) arrivé ! 

Venez découvrir Maisons de Normandie
à la mairie de Saint-Sulpice de Grimbouville,
maison médiévale du XVe siècle, un site unique en France.

Le 26 mai 2014 dès 18h30,
nous vous convions à venir rencontrer l’auteur
et à retirer votre exemplaire.

Pour tous renseignements, veuillez contacter
Delphine Hébert au 02 35 89 46 54.

Parution de Peindre en plein air au XIXe siècle

Les éditions Point de vues publient pour cette rentrée Peindre en plein air au XIXe siècle de Frédéric David.

Peindre en plein air au XIXe siècle

Dès le début du XIXe siècle, des peintres audacieux se mettent à brosser des paysages en plein air. lls rompent ainsi avec l’ancestrale peinture d’atelier et par voie de conséquence, bousculent les habitudes picturales. Quelles sont les raisons qui ont poussé ces artistes à se mettre à la merci de l’intense luminosité du soleil et des aléas climatiques ? Les inventions techniques de l’époque ont grandement facilité cette émancipation.

L’évolution des transports, la mise au point de peintures portables, la miniaturisation des accessoires, ont accompagné les artistes novateurs dans leur démarche. Les transformations de la société ont aussi rendu leur approche plus aisée. Les conséquences de la Révolution Industrielle ont facilité leurs tentatives. Enfin, le climat politique, très troublé de cette époque a contribué aux partis pris osés, voire iconoclastes.

Mais ce combat, qui part des simples paysagistes jusqu’à la révolution picturale des impressionnistes, ne fut pas sans risque. C’est au prix de gros efforts et d’une opiniâtreté sans faille que ces artistes du plein air surent imposer un nouvel œil sur ce qui les entoure. Ce livre tente de rappeler ce combat difficile contre un art officiel qui n’avait plus comme principale fonction que de défendre des avantages acquis.

Parution de Lumières Normandes, les hauts-lieux de l’Impressionnisme

Les éditions Point de vues viennent d’éditer le nouvel ouvrage de Jacques-Sylvain Klein, Lumières normandes • Les hauts-lieux de l’Impressionnisme

C’est bien en Normandie, et nulle part ailleurs, que l’Impressionnisme a pris naissance.

Avec ce livre, Jacques-Sylvain Klein poursuit les recherches qu’il avait exposées en 1996 dans La Normandie, berceau de l’impressionnisme. Il montre à quel point la Normandie a été l’atelier en plein air préféré de tous les maîtres de l’Impressionnisme (Monet, Degas, Renoir, Pissarro, Caillebotte …), mais aussi de tous ceux qui voulaient dépasser ou contester cette esthétique (Gauguin, Seurat, Signac, Dufy, Bonnard…). Grâce à ses découvertes, des peintres oubliés ou méconnus sortent de l’ombre (Angrand, Anquetin, Friesz, Valtat…), des «écoles» de peinture (à Rouen, au Havre, à Honfleur) sont réévaluées, l’existence dansla région de colonies d’artistes étrangers nous est révélée.

Dans un style très vivant, truffé d’anecdotes, Jacques-Sylvain Klein nous raconte la vie de tous ces peintres, leurs liens d’amitié, les auberges qu’ils fréquentaient, les influences qu’ils ont reçues ou exercées, tout en les restituant dans chacun des dix grands territoires que forme la Normandie impressionniste. Pour illustrer leurs pérégrinations à travers la région, il a sélectionné plus de 400 tableaux, souvent inconnus, qu’il a trouvés dans les grands musées français et étrangers, mais aussi dans de nombreuses collections privées.

Nouveauté : Les Cartographes & les Nouveaux Mondes

Les Cartographes & Les Nouveaux Mondes, une représentation normande des grandes découvertes est dès à présent disponible dans toutes les bonnes librairies et sur notre boutique en ligne (frais de ports offerts pour la France) .

L’ouvrage de grand format (25 x 35 cm) présenté dans un coffret, commente deux siècles d’évolution cartographique au travers de 12 grandes cartes (reproduction pleine page) et de leurs auteurs, en retraçant la genèse, le contexte et l’histoire de chacune de ces œuvres.

L’ouvrage présente également les découvertes mathématiques et rappelle les principes de la cartographie aux XVIe et XVIIe siècles.

Dans un porte-folio, une sélection de 8 cartes majeures permet d’apprécier en grand format les nombreux détails.

A Paraitre : Les cartographes & les nouveaux mondes

RÉSERVEZ DÈS MAINTENANT
ET SOYEZ LES PREMIERS À DÉCOUVRIR
CE LIVRE ÉVÉNEMENT

Sortie le 14 mai 2011
au château musée de Dieppe
à l’occasion de la Nuit des musées

Vous recevrez le livre dès sa parution


Les cartographes normands des XVIe et XVIIe siècles

La Renaissance, grande période de l’essor de la cartographie, laisse une place à l’extraordinaire, le réel et le fantastique, le monde est représenté à travers une iconographie très riche, bateaux, roses des vents, animaux terrestres et marins, monstres, hommes, blasons, cartouches.

Planisphère de Jean Guérard (1625)

La Normandie est alors le premier centre cartographique en France et la remarquable école hydrographique de Dieppe est tout à fait à la pointe des recherches et des connaissances sur les projections et les représentations du monde.

Les ports de Dieppe, Rouen, Honfleur et Le Havre participent à l’aventure des Grandes Découvertes. Au service du roi ou des armateurs et marchands normands, des hydrographes travaillent à l’élaboration de cartes marines précises et actualisées. Les cartographes sont tous des pilotes, (sauf Pierre Desceliers, le « père de l’hydrographie française » voire des corsaires ou des pirates, à la fois savants et aventuriers.

La cartographie normande est manuscrite, la diffusion est donc limitée. Au XVIIe siècle, elle est alors concurrencée par les tirages plus importants des cartes imprimées venues de Hollande ou d’Angleterre.

  • Pour en savoir plus téléchargez le Bon de Réservation (Pdf 1.1 Mo)
  • Lancement du livre le 14 mai 2011 au château musée de Dieppe à l’occasion de la Nuit des musées
  • Sortie au salon du livre de Caen le 13,14,15 mai 2011
  • Signature le 17 mai 2011 à la librairie La Galerne au Havre