Point de vues lauréat de 2 médailles au Grand prix de l’Académie de Marine à Paris

Le 9 octobre 2012 a été remis les prix de l’Académie de Marine à l’Ecole militaire de Paris.
2 titres parus aux éditions Point de vues en 2011 ont été récompensés sur 12 lauréats.

Les auteurs récompensés.

Le grand prix de l’Académie de Marine

Le Grand Prix de l’Académie de marine récompense l’ouvrage traitant tout sujet intéressant la marine ou la mer, paru au cours de l’année précédente, qui lui paraît répondre le mieux à son objectif principal : faire comprendre et aimer les choses de la mer, et en développer le goût dans le public.

L’Académie décerne chaque année des prix littéraires qui sont attribués à des ouvrages parus l’année précédente ou à l’ensemble de l’oeuvre d’un auteur. Le choix des ouvrages (historique, biographie, mémoires, voyage, roman, beau livre, album…) est fait parmi ceux qui ont été signalés par les membres ou adressés à l’Académie par les auteurs et les éditeurs qui sont informés de l’existence de ces prix. En règle générale une dizaine de prix littéraires sont attribués chaque année.

Les cartographes et les nouveaux mondes

Préface de François Bellec. Textes de Danièle Baverel, Pascale Goutagny et Josette Méasson

Les Cartographes & Les Nouveaux Mondes

Ce livre présente deux siècles d’évolution cartographique au travers de 12 grandes cartes (reproduction pleine page) et de leurs auteurs, en retraçant la genèse, le contexte et l’histoire de chacune de ces oeuvres. L’ouvrage présente également les découvertes mathématiques et rappelle les principes de la cartographie aux XVIe et XVIIe siècles.

Dans un porte-folio, une sélection de 8 cartes majeures (4 cartes de 70 x 50 cm et 4 cartes de 100 x 70 cm) permet d’apprécier en grand format les nombreux détails.

Ce livre a été soutenu par la Région Haute Normandie, Cap Marine Assurances et le syndicat des pilotes de Seine

 

Le phare Amédée

par Valérie Vattier et Vincent Guigueno

Le phare Amédée

Le Phare Amédée, tour métallique de 45 mètres de haut est considérée comme le deuxième plus haut phare de ce type au monde. C’est une invitation à un voyage au XIXe siècle, siècle où l’architecture métallique s’épanouit, où les ingénieurs-architectes ont l’ambition d’embrasser le progrès des sciences et des techniques, où les constructions des phares se multiplient sur toutes les mers du monde.

Le Phare Amédée récompensé au Salon du Livre Insulaire 2010

Le Grand prix toutes catégories confondues du Livre Insulaire a été décerné le mercredi 18 août 2010, au livre de Vincent Guigueno et Valérie Vatier,  » Le Phare Amédée, Lumière de Paris & de Nouvelle-Calédonie «  paru aux éditions Point de vues en avril de cette année.

Organisé sur l’île d’Ouessant depuis 1999, le Salon International du Livre Insulaire rassemble les écrivains, les éditeurs des îles. Pour sa douzième édition (18 au 22 août 2010) les PRIX DU LIVRE INSULAIRE ont été remis par un jury composé de personnalités du monde littéraire insulaire.

Membres du jury :
Anne Queffélec, Présidente, Nivoelisoa Galibert, Catherine Domain, Gwen Catala, Danièle Auffray, Gérard Le Gouic,Gilbert David.


GRAND PRIX DES ILES DU PONANT

Le Phare Amédée • Lumière de Paris & de Nouvelle-Calédonie

Vincent Guigueno et Valérie Vatier
Editions Point de vues


Les phares sont les poèmes de la mer…
L’année du centenaire de la naissance d’Henri Quéfellec, grand ami de la mer, des îles, des phares, relisons son magnifique et rude roman «Un feu s’allume en mer » paru en 1956 et consacré à la construction du phare d’Ar Men, l’année de ce centenaire il a été présenté au jury des prix, par pure et heureuse coïncidence le livre de Vincent Guigueno et Valérie Vatier sur l’histoire du phare Amédée. Ce phare, construit dans la seconde partie du XIXe siècle, situé sur un îlot de corail qui s’appelait à l’origine l’ilot Amède, au sud-ouest de la Nouvelle-Calédonie, possède de nombreuses caractéristiques exceptionnelles que je n’aurai pas le temps ni la compétence de vous énumérer avec exactitude. La plus visible est sa construction en fer, comme une tour Eifel en quelque sorte, mais « habillée », et sans que le bon Gustave n’y apporta aucune touche. Il fut construit pièce à pièce à Paris, démonté puis remonté comme un Meccano pour reprendre l‘image du préfacier.
Dans les nombreux livres de qualité qui furent présentés au jury pour ce 12e Salon, l’ouvrage de Vincent Guigueno et de Valérie Vatier fut remarqué aussitôt et franchi haut la main les différentes et nécessaires sélections qui aboutissent au dernier vote dans les différentes catégories.
La seule interrogation qui se posa au jury fut de déterminer si au phare Amédée serait décerner le prix du Beau livre ou le Grand prix toutes catégories confondues du Salon. Les empoignades ne furent pas vives à ce sujet. Le choix était évident : le Grand prix !
Les phares sont les poèmes de la mer… quel magnifique poème celui d’Amédée.

Les éditions Point de vues tiennent à remercier chaleureusement les auteurs, ainsi que les membres de jury pour cette distinction.

Un prix national pour le Traité de Navigation

Les éditions Point de vues se sont vues remettre le 1er prix dans la catégorie Beaux Livres lors de la 7e Nuit du Livre à Paris ce jeudi 5 mars. Placé sous le haut patronage de Jean-Louis Borloo, ministre d’Etat, de Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, sous le parrainage du magazine Caractère et de l’école des Gobelins, près de 700 personnes ont assisté à la remise des prix animée par Nelson Monfort.
 
Le Traité de Navigation de Jean-Baptiste Denoville
« La Nuit du livre » décerne 12 prix,  les seuls et uniques récompensant conjointement un auteur et un fabricant. Cette distinction nationale entend promouvoir, l’adéquation entre le talent des auteurs – écrivains, illustrateurs, photographes – tout en rendant hommage aux fabricants – techniciens et directeurs de fabrication – quand la forme d’un livre rejoint le fond ou le fond rejoint la forme.
 
La Nuit du Livre 2009
Le Traité de Navigation de Jean-Baptiste Denoville accompagne ainsi l’ouvrage Extases d’Ernest Pignon Ernest chez Gallimard (prix de la Nuit du Livre) ainsi que Le dit du Genji chez Diane de Selliers (Grand prix du Jury). La qualité du papier, la performance de l’assemblage des volvelles (mécanismes tournants à l’intérieur du fac-similé), la fabrication régionale (imprimerie Kapp à Evreux) et la découverte d’un manuscrit inédit à la bibliothèque de Rouen ont permis de faire la différence face à l’excellente production nationale de l’année 2008.
 
Ce livre a bénéficié de l’aide de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Haute-Normandie et du Département de Seine-Maritime et du soutien de la ville de Rouen.